L’appel de soi

C’était bon, c’était doux

L’appel du naufrage
L’appel de la dérive
Celui d’un monde
Dont l’existence n’est plus

L’appel de soi
L’appel du vent salé
L’appel du souvenir
Oublié, réanimé

L’appel de l’arbre
L’appel du chant
Tendre sur l’écorce
C’était dur

Vomitif, jouissif
La chaleur des pierres
La fraîcheur de la terre
Ton regard dans mon âme

L’océan danse
Tourne dans de la roche
L’englobe, la caresse
Avant de se retire

Encore

L’appel des montagnes
Des vallées, du silence
Et de la terre mouillée
dans mes cheveux court

Un dessin dans le ciel,
La nuit
en mouvement
C’était hier

Et déjà je pleure ces souvenirs
Dans la source cachée
Pour les boire
Et m’unir à elle

À l’ombre des épicéas
Où s’abreuvent les grenouilles et les chevreuilles,
La terre bleue, le héron et les insectes.

Mosquitos time

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s